A l'ombre d'une histoire

C’est une petite forme nomade née de trois petites valises qui abritent tout un théâtre d’ombre que nous proposons à voir et à entendre dans une grande proximité avec le public. Elle a commencé à exister dans la chambre de l’hôpital. Elle s’est ensuite installée dans les bibliothèques, les écoles, les crèches. Elle est venue à la rencontre des personnes résidentes en maison de retraite, elle s’est associée à des théâtres, des festivals, elle s’inscrit dans des parcours chez l’habitant... Elle ne cesse de s’inventer.

 

Ces valises, théâtres en miniature, contiennent les décors et les silhouettes de quatre histoires. Trois des contes d’une durée de 15 minutes s’adressent à une tranche d'âge allant des tout-petits dès 18 mois jusqu’aux enfants de 12 ans. Le quatrième est un conte pour les adolescents et les adultes qui dure 50 minutes. Les décors finement ciselés d’ombre et de lumière encadrent le jeu des silhouettes noires ou colorées. Les manipulations se fondent avec les moments de narration devant le castelet pour ne jamais perdre le contact avec le public. Une petite boite à musique ponctue les scènes. L’histoire terminée, les comédiens retournent les petits théâtres pour montrer l’envers du décor et prolonger ainsi la représentation par une discussion avec le public.

 

Ces petites valises, facilement transportables, sont simples et rapides à monter et se posent partout où l’on peut faire la pénombre. Ce qui permet une grande adaptabilité pour répondre à la diversité des lieux qui nous accueillent. La forme artisanale du théâtre d’ombre amène le rêve en toute simplicité

C'est un moment privilégié de rencontres et de partages poétiques dans un échange particulièrement intime.

 

 Voir vidéos et photos

 

Distribution

Sonia Millot, Cyril Graux/Vincent Nadal

Télécharger
Dossier de présentation
dossier_ombre_light.pdf
Document Adobe Acrobat 1.9 MB

CULTURE À L'HÔPITAL

 

Dans le cadre du dispositif « Culture à l’hôpital », La Petite Fabrique, en partenariat avec

le TNBA et le CHU de Bordeaux a mis  en place des actions culturelles menées en milieu

hospitalier. 

Le principe a été élaboré en concertation profonde avec l’hôpital et en tenant compte des

contraintes liées au milieu hospitalier.

Les horaires, les normes d’hygiène, les déplacements impossibles ou lourds pour certains

malades puisqu’ils nécessitent un suivi médical constant ont été des éléments décisifs dans

l’orientation, la conception et la fabrication du projet.

Élaborées à partir de contes, quatre histoires ont été mises en jeu d’ombre et de lumière

dans de petites valises-castelets . La grande qualité de cette dernière est de pouvoir aller à

la rencontre des personnes alitées et isolées dans leur chambre . Les comédiens se déplacent

dans les couloirs, en totale déambulation, pour faire des représentations « personnalisées »

de chambre en chambre pendant une vingtaine de minutes. Ils interviennent parfois en salle

quand la configuration et les pathologies des patients le permettent. Ce sont les personnes

malades et ce quel que soit leur âge, qui choisissent l’histoire qu’elles souhaitent entendre et

voir s’animer dans ce théâtre sur mesure.

Le projet se trouve à la croisée de plusieurs enjeux très importants . Il est directement lié à la

nécessité de faire de l’hôpital un lieu d’humanité, ouvert à la cité.

Le théâtre en chambre permet évidement de sortir le patient, alité et peu mobile, de l’univers

du soin et de l’espace dans lequel il est confiné. C’est pour lui l’occasion de s’évader sans

contrainte et de retrouver sa liberté de choix. Contrairement aux soins qui lui sont imposés,

chaque patient peut décider de recevoir ou non une représentation. Il peut choisir l’histoire

qui lui sera contée et juger la proposition artistique. Cette ouverture sur la culture touche

également le personnel de santé qui fait partie intégrante du projet. Il est le garant du bon

déroulement des interventions.

Les représentations favorisent ainsi la rencontre et la communication entre tous les acteurs

du cadre hospitalier (patients, proches, personnel soignant), en offrant de nouveaux thèmes

de discussion et de partage . L’introduction du théâtre à l’hôpital permet d’oublier un peu

le quotidien difficile et apporte une nouvelle dynamique au sein des services. L’interaction

dépasse ainsi le stade de la seule relation de soin ou d’accompagnement, qui peut-être vécue comme un cloisonnement frustrant.