le projet artistique

Depuis la création de la Compagnie, Betty Heurtebise s’est engagée pour chacune de ses créations dans la recherche de textes qui questionnent notre rapport au monde à tous, adultes comme enfants. Elle a réuni une équipe de créateurs (lumière, son, musique, vidéo, scénographie…) avec qui elle recherche une approche artistique partagée et qui permet alors aux spectateurs d'entrer dans une vision globale et transversale d’une parole artistique devenue plurielle. Elle croit profondément à la place de l’art dans la société pour fonder une philosophie de pensées pour tendre vers plus d’altérité et de fraternité.

 

Au fil des créations, elle a suivi un chemin de pensées qui l’a mise face à une question essentielle : Quelle parole esthétique donne-t-on à voir et à entendre ?

 

Car ce qui l’importe, c’est entrer dans un processus de travail qui permet de partager une expérience esthétique. La sortie au théâtre doit être une source d’étonnement, de plaisir, parfois de bouleversements. La subjectivité du spectateur se trouve transformée, bousculée et toujours éclairée d’un sentiment de vérité. Le théâtre sous-tend ce qui est au-delà de l’apparence, au-delà de ce qui est dit. C’est une forme de révélation à soi-même. Pour vivre cette expérience esthétique, la metteure en scène choisit le détour d’un théâtre en prise avec l'imaginaire et le poétique. Elle aime explorer le champ des dramaturgies plurielles afin d'approfondir une logique d’ensemble en interrogeant les écritures scéniques, l’espace et la forme de leurs représentations.

 

Principalement centrée sur les écritures théâtrales contemporaines, la metteure en scène a choisi des textes qui donnent à voir une vision du monde dans laquelle se déroule l'enfance, une vision qui reste du point de vue des enfants et révèle ce glissement entre le réel et l'imaginaire. Pour que cette vision trouve un véritable écho auprès des publics, pour que cette émotion vive que procure le spectacle vivant reste vibrante, l’équipe artistique ne cesse d’explorer un langage théâtral composé d'écritures scéniques multiples. Ces dramaturgies plurielles qui se définissent à travers le langage de la vidéo et de la lumière, de l'approche scénographique et de l'univers sonore se fondent avec le jeu des acteurs afin que la mise en scène révèle tout ce que les mots ne peuvent traduire, l'indicible, l'intime. C'est aussi cette signature esthétique qui anime le collectif de créateurs et les fait tendre à toujours plus d'exigence artistique. Celle-ci se porte toujours sur des thématiques et des écritures qui placent le sujet au coeur des problématiques sociétales contemporaines.

 

Avec la création du Pays de rien de Nathalie Papin (2013) qui abordait les questions de totalitarisme et d’émancipation, la compagnie a vu son réseau de diffusion s’élargir grâce aux bénéfices de la Charte de diffusion inter-régionale – ONDA. Le spectacle suivant Les discours de Rosemarie de Dominique Richard, Grand Prix de littérature dramatique jeunesse en 2017, interroge la question du jeu politique et de la rhétorique, sujets rarement abordés dans le théâtre jeune- public.

 

Historiquement présente en Nouvelle Aquitaine, la compagnie s’est ancrée sur le territoire régional avec un compagnonnage historique avec le Carré-Colonnes (33) de 2000 à 2020 mais aussi avec le Gallia Théâtre de Saintes (17) de 2010 à 2014. Betty Heurtebise s’associe avec Scènes Nomades de Brioux/Boutonne(79) en tant que conseillère en programmation dans le cadre de l’opération L’enfant et le théâtre et assure la coordination de projets artistiques et culturels – Projet Kustom 2018. Forte des expériences d’artiste associée, Betty Heurtebise a souhaité inscrire la présence artistique de la compagnie dans une collaboration co-construite avec plusieurs structures culturelles et partenaires institutionnels souhaitant développer un projet ambitieux en direction de l’enfance et la jeunesse.

 

Au-delà de la diffusion de son répertoire, elle a toujours recherché à développer des approches innovantes de mise en relation d'une équipe artistique avec les publics petits et grands. En cela, le projet artistique de la compagnie n’a cessé de s'inscrire dans une volonté commune de faire circuler les œuvres pour mieux rencontrer les publics. La Petite Fabrique entend déplacer les codes de la représentation et imaginer des projets destinés à ceux qui sont éloignés des lieux culturels. C’est principalement autour de cette idée centrale de cette mise en relation que la compagnie souhaite poursuivre et développer sa démarche afin de contribuer au repérage de nouveaux publics et de réaliser des initiatives visant la diffusion d’un répertoire, l’ouverture d’espaces éphémères de création, la mise en place de parcours d’Éducation artistique et Culturelle auprès des publics.

 

Ayant le souci du territoire, Betty Heurtebise a créé des dispositifs À l’ombre d’une histoire et Petites pièces vagabondes pour aller dans des lieux non équipés (écoles, bibliothèques et hôpitaux) et sur les territoires ruraux éloignés de l’offre culturelle. Cette recherche d’une proximité avec le territoire et les publics se poursuit avec différentes créations comme L’Arche part à 8 heures, d’Ulrich Hub, imaginé avec un réseau de petites salles des villes et villages du Maine-et-Loire dans le cadre de La Belle Saison en 2015 et ces deux dernières créations inscrites dans un projet global intitulé Dehors… ? sur les territoires du Médoc (33), du Finistère (29) et de la Haute Vienne (87) en 2019.

 

Pour la metteure en scène, la formation et la médiation sont intimement liées au travail de création. Les ateliers artistiques sont des démarches qui s’enrichissent et se prolongent dans l’acte de création. Dès lors, chaque spectacle est accompagné d’ateliers de pratiques, de conversations philosophiques, de temps de découverte des écritures, de formations pour les enseignants, les bibliothécaires et les animateurs. En s’associant avec la médiatrice Aurélie Armellini, doctorante en théâtre, enfance et philosophie, Betty Heurtebise propose de mener des parcours d’exploration alternant les pratiques artistiques et les réflexions philosophiques et citoyennes. C’est ainsi que s’est défini le projet de médiation autour du dispositif Dehors… ? qui proposait diverses actions qui allaient du visionnage du spectacle, à la pratique du théâtre et de la philosophie, la découverte de temps de création jusqu’à l’accueil d’une petite forme théâtrale Charlie et le Djingpouite de Martin Bellemare, comme un satellite du spectacle Souliers de Sable.